La société lilloise Newcard innove contre l’insuffisance cardiaque

September 26, 2017

« 1 minute pour mon cœur » est un service connecté développé par la société Newcard, incubée à Eurasanté à Lille depuis 2015. Il permet une meilleure prise en charge des patients grâce à un système de télésurveillance.

 

Plus d’un million. C’est le nombre de personnes atteintes d’insuffisance cardiaque en France. Ce qui fait de cette pathologie « le premier poste d’hospitalisation », faisant monter la facture au nom de la Sécurité sociale à deux milliards d’euros par an.

« 50 % des patients montrent des signes d’une évolution de leur maladie au cours des cinq jours précédant leur hospitalisation d’urgence. »

Partant de ce constat, entre 2014 et 2015, Grégory Perrard et Frédéric Fossati, tous deux cardiologues, ont l’idée de développer une start-up apportant des solutions concrètes et opérationnelles pour le suivi à domicile des patients atteints de maladies chroniques.

Ils focalisent, dans un premier temps, leur travail sur la télésurveillance de l’insuffisance cardiaque. C’est ainsi qu’en juillet 2016, Newcard, qui n’était qu’un projet à l’origine, prend officiellement la forme d’une société.

 

Veille en télésurveillance

Peu de temps après, la jeune entreprise dévoile « un service de santé connecté, conçu par des cardiologues pour leurs patients atteints d’insuffisance cardiaque, baptisé 1 minute pour mon cœur. Un processus d’amélioration de la prise ne charge ambulatoire », détaille Jean Guillemain d’Echon, directeur général de Newcard.

En quelques mots, ce service innovant est une mise en place d’un dispositif de télésurveillance. Le patient possède, à son domicile, une tablette avec l’application Newcard, d’une balance et d’un tensiomètre. Tous connectés.

Le matériel lui permet quotidiennement de relever des données telles que son poids, sa tension et son rythme cardiaque. Celles-ci sont ensuite transmises « dans une base de données sécurisée et traitées par un algorithme qui identifie de manière précoce les dérives possibles. »

Ce dernier génère, quand cela est nécessaire, une alerte auprès des médecins qui décident s’ils doivent recourir à une action médicale ou paramédicale. Jean Guillemain d’Echon ajoute :

Si le patient n’indique pas ces données pendant trois jours, nous recevons une alerte chez Newcard. Notre rôle est ensuite de chercher à comprendre les raisons.

 

Des objectifs multiples

Avec 1 minute pour mon cœur, Newcard souhaite placer le patient au cœur de son parcours de soins, tout en prenant garde à ce qu’il soit en contact avec ses professionnels de santé habituels pour son suivi en télésurveillance, améliorer sa qualité de vie ainsi que celle de son entourage.

L’entreprise cherche également à optimiser les flux d’informations reçus par les professionnels de santé « en triant les données grâce à des algorithmes » et, enfin, réduire les coûts de santé.

Des coûts liés aux pathologies chroniques et qui peuvent être moindre en faisant diminuer le nombre d’hospitalisation à l’aide d’une anticipation des dérives, comme le propose 1 minute pour mon cœur.

Depuis le début de l’année, une trentaine de patients souffrant d’insuffisance cardiaque ont adopté le service de santé connecté. Et, une quarantaine de cardiologues constituent la base de données de l’entreprise.

Nos objectifs sur le long terme ? Réduire de 20 % les hospitalisations, avoir 2 000 patients utilisant 1 minute pour mon cœur et 200 cardiologues dans notre fichier.

Mais pour y parvenir, Jean Guillemain d’Echon espère pouvoir lever 1 à 1,5 million d’euros de fonds.

 

Voir l'article

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Autres articles

Rentrée 2019 : Newcard à votre rencontre !

July 22, 2019

1/8
Please reload

linkedIn logo sans fond.png